DAX GAMARDE BASKET 40

SUIVEZ NOUS SUR

Résumé du Match contre Challans (J8)

Challans - Dax-Gamarde Après quatre grosses performances et malgré un bon retour des vestiaires, les promus rentrent dans le rang sur le parquet du VCB.



Article du Sud-Ouest

De Romain Raffin


Si les Landais promus à l'intersaison à l'étage supérieur vivaient un début de saison remarquable, notamment depuis cette quatrième journée où ils ramenèrent un premier succès de Lorient, enchaînant par ceux sur Caen, au Havre (tout de même) et enfin face à Boulogne, soit de grosses cylindrées qui occupent le dessus du panier.


Les Vendées avaient de quoi prendre cet adversaire très au sérieux d'autant que pour eux, le bilan est loin du programme de marche. Pour donner du reps, peut-être, aux Challandais, David Douillet donnait le coup d'envoi fictif de la rencontre sous les yeux de son fils Jérémie. Est-ce le fait de récupérer ce dernier ? Toujours est-il que les Vendéens prenaient cette rencontre à bras le corps et se tenaient immédiatement sur la bonne orbite et hors d'atteinte des Landais qui se heurtaient à une défense locale aussi hermétique qu'intraitable.


Déstabilisés, les Dégébistes se montraient nerveux et donc maladroits au moment du shoot. Le retour sur terre était douloureux et les minutes qui s'égrenaient ne changeaient rien à l'affaire. Les fautes pleuvaient côté landais offrant des lancers francs supplémentaires aux Challandais. Si le second quart était plus équilibré (23-20) que le premier (27-14), le tour aux vestiaires marquait plus fermement la main mise challandaise. Face à la zone adverse, les Dacquois ne jouaient pas sur leur valeur, à n'en point douter.


"Et le réveil sonna"


Plus agressifs dès la reprise, les Landais revenaient rapidement dans l'ombre chalandise (52-42, 24e). En reprenant chaque parcelle de terrain au VCB, les joueurs du DGB renouaient naturellement avec leurs sensations récentes. Après avoir compté vingt longueurs de retard à la dix-huitième (50-30), ils revenaient à la dix longueurs. Darrigand, D'ALmeida et Mansanné avaient de nouveau la main verte, la défense était de nouveau digne de ce nom, la distribution était refaite. N'en demeurait pas moins un grain de sable... Vendéen dans les chaussures landaises.


À l'entame du dernier quart (64-55), la défaite n'était pas une fatalité. Trois lancers francs réussis en guise de réparation, une interception. D'Almeida comblait le fossé (67-60). Le jeu s'équilibrait et montait en qualité et en intensité. Mais Turpin, Douillet et Gentil se chargeaient de renvoyer les espoirs d'une cinquième victoire consécutive landaise au domaine du rêve. Le VCB ravivait son écart maximum (87-65). La messe était dite.